pixel
Liquid error (templates/article.plaa line 58): Could not find asset snippets/plaa.menu_bar.liquid Liquid error (templates/article.plaa line 61): Could not find asset snippets/plaa.article_header.liquid

La vitamine D peut-elle aider à protéger le système immunitaire ?

La vitamine D, également connue sous le nom de vitamine du soleil, est le sujet brûlant du moment.

Avec les jours qui raccourcissent et les nuits qui rafraichissent, il est imminent de comprendre son importance... et c'est pour ça que je vais tout vous expliquer !

Qu'est-ce que la vitamine D ?

La vitamine D, également appelée c alciférol, est un nutriment qui agit sur toute une gamme de fonctions corporelles, y compris l'absorption du calcium, la minéralisation osseuse et le système immunitaire. Surnommée la vitamine du soleil, la vitamine D est produite naturellement lorsque la peau est exposée au soleil. De petites quantités de vitamine D peuvent également être trouvées dans des aliments tels que les poissons gras, les œufs, le beurre et le foie. Cependant, il est difficile d'obtenir des quantités suffisantes de vitamine D seulement par l'alimentation.

La vitamine D se présente sous deux formes: D2 (ergocalciférol) et D3 (cholécalciférol). Bien que les deux soient efficacement absorbées dans la circulation sanguine, leurs rôles dans le corps diffèrent en raison de la façon dont elles sont métabolisés par le foie. La D2 est convertie en 25-hydroxyvitamine D2 et la vitamine D3 en 25-hydroxyvitamine D3. Les deux finissent sous forme de calcifediol - le nutriment clé qui est mesuré dans le sang lors des tests de vitamine D.

Alors, quelle vitamine est la plus efficace? La vitamine D3 est beaucoup plus efficace pour augmenter les taux sanguins de calcifédiol. En fait, plusieurs études [1] [2] ont montré qu'elle était presque 2 fois plus efficace que la vitamine D2.


Où trouve-t-on la vitamine D?

Nous savons déjà que la meilleure source de vitamine D est la lumière du soleil. Mais en ce qui concerne les sources de nourriture, la D3 se trouve uniquement dans les sources animales et la vitamine D2 principalement dans les plantes.


Sources de vitamine D3

  • Poissons gras (saumon, maquereau, sardines).
  • Foie
  • Jaune d'œuf
  • Compléments alimentaires

Sources de vitamine D2

  • Les champignons (cultivés à la lumière UV)
  • Aliments enrichis
  • Compléments alimentaires

Étant donné que la vitamine D est présente en quantités minimes dans les sources alimentaires, il est recommandé aux personnes qui passent beaucoup de temps à l'intérieur ou qui vivent dans des pays à faible exposition au soleil (hémisphère nord) de consommer des compléments alimentaires lors de la période allant de septembre à avril. L'une des principales raisons est liée au rôle que joue la vitamine D dans le système immunitaire - ce qui explique pourquoi il y a tellement de cas de rhume et de grippe pendant les mois d'hiver.

-

Quel rôle joue-t'elle dans l'immunité?

Bien qu'elle soit connue pour son rôle dans la santé des dents et des os, la vitamine D est en fait l'une des vitamines les plus importantes pour aider le système immunitaire à combattre les coups de froid et la grippe. À tel point que de nombreux médecins, nutritionnistes (et même le gouvernement britannique) recommandent de prendre des compléments alimentaires pendant la pandémie de COVID-19 pour aider à se protéger contre le virus.

Alors, comment ça marche ? La vitamine D a des récepteurs présents sur les cellules immunitaires du corps qui aident à réguler les réponses immunitaires innées et acquises. Il agit en améliorant le fonctionnement des lymphocytes T et des macrophages qui aident à protéger votre corps contre les agents pathogènes - en particulier dans les infections des voies respiratoires [3] .

La vitamine D peut-elle réduire votre risque de contracter le COVID-19?

Nous savons tous que la distanciation sociale et le lavage des mains aident à réduire votre risque de contracter le virus, mais la vitamine D pourrait-elle vous aider à vous défendre si vous entrez en contact avec le COVID-19 ? Regardons les recherches...

L'intérêt pour le rôle de la vitamine D dans la prévention des infections respiratoires aiguës n'est pas nouveau, en fait, il remonte aux années 1930. Des études plus récentes, telles qu'une étude de 11 essais contrôlés par placebo, menée auprès de 5560 participants, a révélé que la supplémentation en vitamine D réduisait considérablement le risque de contracter une infection respiratoire. Cette étude a également révélé que la supplémentation quotidienne (300-2000 UI) avait un plus grand effet par rapport à des doses plus importantes prises sur une base unique ou mensuelle (100000-200000 UI par mois) - concluant qu'une supplémentation quotidienne régulière est la plus efficace [4] .

Une autre méta-analyse de 25 essais contrôlés randomisés en double aveugle a révélé que la supplémentation en vitamine D aidait positivement à protéger contre les infections aiguës des voies respiratoires chez tous les participants, mais en particulier chez ceux qui présentaient des signes de carence [5] .

De nombreuses autres études ont montré que de faibles taux de vitamine D étaient un facteur de risque pour une large gamme d'autres maladies respiratoires telles que l'asthme, la tuberculose, la bronchopneumopathie chronique obstructive et le virus de la grippe [6] [7] [8] .

Les dernières recherches liant la vitamine D et le covid-19 révèlent une tendance à la contraction du virus chez les patients ayant de faibles niveaux de vitamine D. Une étude a montré que 8 patients sur 10 avaient une carence en vitamine D, concluant qu'un manque de vitamine D était quatre fois plus probable chez les patients atteints du COVID et hospitalisés. Bien qu'il soit encore très tôt pour tirer des conclusions, voici ce que d'autres études ont trouvé jusqu'à présent :

Étude 1 :

Qui ? Université de Tel Aviv, Israël [9] .

Quoi ? Test rétrospectif des niveaux de vitamine D sur 782 personnes testées positives au coronavirus et comparaison avec des individus en bonne santé.

Résultats : les personnes dont les taux de vitamine D sont inférieurs à la valeur optimale étaient 45% plus susceptibles d'être testées positives et 95% plus susceptibles d'être hospitalisées.

Limitations : les taux de vitamine D ont été vérifiés après l'infection et non au moment de l'infection.

-- 

Étude 2 :

Qui? Université de Chicago.

Quoi? Comparaison des niveaux de vitamine D et de contamination au COVID-19 sur 500 volontaires.

Résultats: les faibles niveaux de vitamine D étaient corrélés à un taux 60% plus élevé d'infection au Covid-19.

Limitations : des facteurs aggravants tels que l'âge, l'emploi et la localisation des participants n'ont pas été pris en compte, or ils auraient pu avoir un impact sur les chances de contracter le virus.

-- 

Étude 3 :

Qui? Université de Téhéran en Iran et Université de Boston [10] .

Quoi ? Analyses des données de 235 patients hospitalisés atteints de Covid-19.

Résultats: les patients qui avaient des niveaux suffisants de vitamine D étaient 51,5% moins susceptibles de mourir de la maladie. Ils avaient également un risque significativement plus faible de tomber gravement malades ou d'avoir besoin d'une ventilation. Les patients qui avaient de bons niveaux de vitamine D avaient moins d'inflammation - un effet secondaire négatif du Covid-19.

Limitations: L'étude n'a pas pris en compte les facteurs de co-fondation, tels que le tabagisme, ni les facteurs socio-économiques qui entrent en compte dans la santé des participants.

--

Étude 4 :

Qui ? Université de Cordoue en Espagne [11 ].

Quoi ? Traitement à la vitamine D de 50 patients hospitalisés atteints de Covid-19. Les chercheurs ont ensuite comparé leur santé et leur rétablissement à 26 volontaires dans un groupe témoin.

Résultats: Un seul des 50 patients a eu besoin de soins intensifs et aucun n'est décédé. La moitié des 26 personnes infectées par le virus qui n'ont pas pris de vitamine D ont été admises par la suite aux soins intensifs et deux sont décédées.

Limitations: Petite taille de l'échantillon.

-- 

Étude 5 :

Qui ? Université Inha, Corée du Sud [12] .

Quoi ? Analyse des taux de vitamines vitales de 50 patients hospitalisés atteints de Covid-19 et comparaison à ceux d'un groupe témoin.

Résultats: 76% présentaient une carence en vitamine D. Une carence sévère en vitamine D a été observée chez 24% des patients atteints de Covid-19 et seulement chez 7% des membres du groupe témoin.

Limitations: Petite taille de l'échantillon.

--

Étude 6 :

Qui? Université de Bruxelles [13] .

Quoi? Comparaison des niveaux de vitamine D chez près de 200 patients hospitalisés pour Covid-19 avec un groupe témoin de plus de 2 000 personnes en bonne santé.

Résultats : Les hommes hospitalisés pour l'infection étaient significativement plus susceptibles d'avoir une carence en vitamine D que les hommes en bonne santé du même âge. Les taux de carence étaient de 67% dans le groupe de patients COVID-19 et de 49% dans le groupe témoin. Des valeurs différentes ont été trouvées pour les femmes.

Limitations: Des scientifiques indépendants affirment que les taux sanguins de vitamine D diminuent lorsque les personnes développent une maladie grave, il est donc difficile de déterminer si la maladie est à l'origine du faible les niveaux de vitamine D ou l'inverse.


--

Bien que les études présentent certaines limites, les recherches récentes se révèlent certainement prometteuses. En conséquence, de nombreuses études sont en cours. Dans les 6 à 12 prochains mois, les recherches sur la question devraient être bien plus approfondies. Voir la liste complète cliquez ici.

-

Dois-je prendre un complément ?

Bien qu'elle joue un rôle aussi évident et important au sein du système immunitaire, la vitamine D est en fait l'une des carences les plus courantes au monde. Cela est principalement dû au manque de lumière du soleil dans l'hémisphère nord et au temps passé en intérieur - ce qui est particulièrement d'actualité en raison des restrictions pandémiques et des mesures d'auto-isolement.

Il est donc recommandé par les professionnels de la santé, y compris par la NHS, que toute la population se complémente en vitamine D pendant la pandémie de COVID-19 et plus globalement, entre les mois de septembre à avril en raison du manque de lumière du soleil.

Il est également conseillé aux groupes ethniques à peau foncée, d'origine africaine, afro-caribéenne et sud-asiatique, d'envisager de prendre un supplément de vitamine D toute l'année. Cliquez ici pour plus d'informations sur les directives NICE sur la vitamine D et l'utilisation de suppléments dans des groupes de population spécifiques.

Combien devriez-vous en prendre ?

Le RNI est de 400 UI par jour - cependant si vous êtes déjà en carence ou si vous ne mangez aucun aliment contenant du D3, un niveau de plus de 1000 UI par jour serait plus approprié pour garantir des taux sanguins optimaux . Demandez conseil à votre médecin ou professionnel de santé en cas de doute sur la dose recommandée.

Pour résumer, les compléments de vitamine D sont peu coûteux, à faible risque, facilement accessibles et efficaces pour protéger le système immunitaire. À l'avenir, ils pourraient massivement aider à lutter contre la pandémie et de nombreuses autres maladies grippales.

Cliquez ici rester protégé cet hiver !

-

Références

[1] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/22552031/

[2] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/18492750/

[3] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6305614/

[4] https://www.bmj.com/content/356/bmj.i6583

[5] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK536320/pdf/Bookshelf_NBK536320.pdf

[6] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4214003/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2759054/

[7] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2759054/

[8] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4776550/

[9] https://febs.onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1111/febs.15495

[10] https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0239799

[11] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7456194/

[12] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7418699/

[13] https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.05.01.20079376v2